CIFO du 24 février 2021

 
Mon réseau mis à neuf
Le réseau « béni »
M’a fait le déni, surprise,
Blessures et regret.
Le choc de ce coup
Hypocrite dans mon dos
Me surprend encore.
Tension créatrice
Au profit du rendement
Rejet de « Je suis »
Mon réseau à points
Je le lâche et les coups de poing
Je leur dis adieu.
Laisse le garçon
Exprimer son vrai besoin
Donne lui l’intention.
En ligne réduite,
Trouver la sérénité
Réseau mis à neuf.
– Dorothy Oger –

Le réseau (poème non terminé)

Dans mon cerveau, il y a un réseau.

Dans mon réseau, il y a du cerveau.

Servis de connexions, les neurones s’activent.

L’activation de zones, pulsantes à souhait,

Souligne les lettres que l’on transmet.

La transmission de neurone en neurone, électrifiante,

Au fond, c’est ça qui me plaît dans le réseau.

Peu importe qui c’est. Peu importe la demande

Si le partage y est, si la résonance est profonde et

bats le rappel de tous nos potentiels.

Le réseau ne se doit pas commerce,

Stratégie uni-directionnelle, ni compulsion

Il s’invente, organique, stimulant,

Enrichi par la qualité des pulsions.

Se croire isolé parce qu’on est seul

Se leurrer peut-être de contacts superficiels

de stimuli qui nous distraient de l’essentiel

Ce n’est pas le réseau que l’on souhaite.

Non pas que des followers mais le fellowship

De la mise en lien, du déclic à l’étincelle.

Liens de sang, liens de cœur, liens d’esprit,

Nos réseaux se tricotent, serrés au non,

Peu importe s’ils abandonnent

Peu importe si je les défais

Peu importe si de nouveaux liens se nouent

Pourvu que quand nous sommes ensemble

Nous le soyons vraiment

Curieux, présents, reconnaissants.

Dans mon réseau, il y a du cerveau.

Dans mon cerveau, il y a du réseau.

– Dorothy Oger –

Intelligence collective
L’intelligence collective,
C’est bien plus qu’un rassemblement d’intellects,
C’est la rencontre des âmes, des cœurs et des esprits.
Il faut tout un village pour faire grandir un enfant.
Il faut de l’eau, du soleil, du vent, du silence et un sol fertile
Pour qu’une semence devienne arbre.
Demande-toi donc « Quelle sera ma part dans ce collectif? »
« Comment créer le contexte où chacun contribue son talent? »
Demande-toi « A quel point ce moment unique d’improvisation t’apporte de la joie? »
« Quelle est cette rencontre dansante de l’individu et du groupe, de tout à tout à travers le Tout?
Je fais ressortir le meilleur en toi.
Tu fais ressortir le meilleur en moi, en nous.
Ensemble, nous sommes une force incroyable,
Bien plus que la somme des parties.
Comme le sable danse sur la plaque en résonance avec le son,
Demande-toi « Quelle est la vibration qui nous permet de créer ensemble? »
Et comme le sable sur la plaque, vois comme cette confluence est belle et éloquente!
L’intelligence collective, c’est la rencontre du meilleur de moi avec le meilleur de toi pour le meilleur de nous.
– Dorothy Oger –

Dorothy Oger, participante de ce groupe, a composé ce poème et nous le partage.

Vous en saurez plus sur elle ici :

– Sur sa page Facebook: https://www.facebook.com/ogerdorothy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *